Arlequin et Colombine

Ils vont tous deux minaudant
Qui sera le plus ardent ?
Leur coeur bat à l’unisson
Qui sera le plus fripon ?

Dans leurs regards en miroir
On peut lire tous leurs espoirs
Ils se regardent étonnés
Ils découvrent qu’ils sont aimés

L’un contre l’autre serrés
Nul ne peut les séparer
Ils s’élancent ne faisant qu’un
Colombine et Arlequin

La musique les enivre
Tous deux se sentent vivre
Au son de l’accordéon
Virevoltant les jupons

Leurs mouvements sont aisés
Ils s’échangent des baisers
Leurs désirs sont attisés
Ils sont comme hypnotisés

Légers comme des papillons
Ils enchaînent les tourbillons
Les voilà bientôt en transe
Ils ont oublié la danse

Tout le monde les regarde
Mais ils n’y prennent pas garde
La musique s’est arrêtée
Mais ils sont tout hébétés

Et ils continuent la danse
Enveloppés de silence
Ils sont dans un autre monde
Celui où l’amour abonde

Auteur : Noisette
Illustration : Frank Xavier Leyendecker (1876-1924) arlequin et colombine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :