Matin de classe

A peine éveillé
L’odeur du café
Et du pain grillé
Je l’ai respirée

Quand j’ouvrais les yeux
Maman était là
Son sourire radieux
M’accueillait déjà

« Bonjour mon chéri
As-tu bien dormi?
Il faut te lever
Et puis déjeuner. »

Mon bol de lait chaud
Et de chocolat
Il m’attendait là
Tout près du réchaud

Et je m’asseyais
En pyjama blanc
Près de ma maman
Qui me souriait

Moment de bonheur
Le temps s’arrêtait
Et puis je partais
C’était déjà l’heure

« Il est plus que temps
Ton maître t’attend
Dépêche-toi! Vas!
Ne reste pas là! »

Mes souliers aux pieds
Mon cartable au dos
Sous un ciel mouillé
Je courais bientôt

A peine arrivé
La cloche sonnait
En rang deux par deux
Et tous silencieux

Nous passions devant
Notre instituteur
Au regard perçant
Qui nous faisait peur

Au fond du couloir
La porte s’ouvrait
Et je m’asseyais
Près du tableau noir

« Sortez vos cahiers
Et vos porte-plumes
Dans vos encriers
Trempez votre plume!

L’heure de la dictée
Avait commencé
Le silence régnait
On se concentrait

La cloche sonnait
L’heure de la récré
Était arrivée
Nous étions tous gais

Nous pouvions sortir
Parler et courir
Pendant un quart d’heure
C’était le bonheur

Oubliés les livres
Fermés les cahiers
Clos les encriers
Il est temps de vivre!

De nouveau la cloche
Fin de la récré
Les mains dans les poches
Nous cessions de jouer

En classe on rentrait
Le cours reprenait
Le maître parlait
Et on se taisait

Et jusqu’à midi
Il fallait rester
Et bien écouter
Ce qui était dit

Ah! La cloche enfin!
Car c’était la fin
De la matinée
Pas de la journée!

Maman m’attendait
Je courais vers elle
Elle m’embrassait
Et j’avais des ailes!!

Auteur : Noisette

2 commentaires sur “Matin de classe

Ajouter un commentaire

  1. Et nos genoux écorchés
    Et nos chaussettes jusqu’aux genoux remontées
    Et l’odeur de la cour après la pluie
    Et le tableau noir que j’essuie
    Et le refuge assourdissant qu’est le préau pendant l’averse
    Et nos longues blouses de couleurs grises
    Et nos doigts bleutés par les encriers en porcelaine
    Et la chèvre de M. Seguin décorée avec de la laine
    Et nos bancs derrières nos pupitres
    Et dans le dos de la maitresse nous faisons les pitres
    Et à l’élastique joue le groupe de filles,
    Et les garçons se battent pour un sac de billes
    Et l’économat avec les « bonbecs »
    Et le : « En rang! » clamé d’un ton sec
    Et …

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :