Histoire de famille : le grand-père

Ayant vécu toute sa vie dans le même village, il avait de moins en moins d’amis. Non pas que ceux-ci s’étaient détournés de lui, mais qu’ils étaient morts les uns après les autres, au fil des années.

Ces derniers temps, cela s’était accéléré. Pas un mois sans qu’il assiste à un enterrement dans la petite église du village.

Il commençait à se sentir vieux et bien seul malgré l’entourage aimant de sa famille.
Ainsi, lui qui dans sa jeunesse avait connu la guerre et avait été fait prisonnier pendant plusieurs années, lui dont le père avait lui-même fait une autre guerre et en était mort avant même de le connaître, il ne pensait pas vivre si longtemps.

Orphelin de guerre dès ses premiers mois, il fut élevé par sa mère dans un petit village de Normandie.
Au retour de la guerre, il se maria avec une jeune fille du village d’une vingtaine d’années et eut deux garçons.
Son premier fils se maria et eut un garçon.
Son second fils se maria et eut trois filles.
Puis sa femme mourut d’une longue maladie.

Il resta seul dans sa maison, partageant son temps entre le club du village où il jouait aux cartes et aux dominos avec des amis et ses enfants chez qui il allait déjeuner chaque semaine. Ses petits-enfants l’attendant avec impatience.
Un peu de lecture, un peu de jardinage, quelques sorties… Sa vie était paisible. Il l’appréciait malgré quelques soucis de santé et il aimait montrer à ses voisins les cartes postales envoyées par ses petits-enfants lors de leurs vacances.

Puis un jour, il eut un gros problème de santé. Il fallut l’hospitaliser. Un problème au cœur. Une opération puis la convalescence dans un établissement spécialisé.
Nous lui rendîmes visite. Il faisait beau. Il nous accompagna dans le jardin. Il se sentait bien, plaisantant même. Nous partîmes confiants. Il allait bientôt rentrer chez lui.

Trois jours plus tard, nous apprîmes que son état s’étant dégradé, il était de nouveau à l’hôpital. Nous lui rendîmes visite et là, son attitude fut bien différente. Il semblait nous ignorer. Nous partîmes inquiets. Son était allait-il se dégrader encore plus ?

Ce soir-là, nous rentrions joyeux d’une agréable promenade dans la forêt lorsque le téléphone sonna. C’était l’hôpital. On nous demandait de venir car il allait bientôt mourir. Nous effectuâmes les cinquante kilomètres en silence, roulant le plus vite possible. Hélas, nous arrivâmes trop tard, il venait de décéder. Le chemin du retour fut encore plus silencieux.

Le jour de l’inhumation, la petite église était noire de monde. Famille, amis, voisins, tous étaient là pour lui rendre un dernier hommage. Il était connu et apprécié de tous.
Ses petits-enfants étaient là aussi bien sûr. Ils adoraient leur grand-père. L’un arriva avec un énorme bouquet de fleurs, si énorme qu’il lui cachait le visage. Les autres chantèrent en son honneur. Des notes cristallines s’élevèrent sous les voûtes. Quant à la plus petite, elle avait fait un dessin de la maison de son grand-père et elle le tenait fermement entre ses mains en attendant de pouvoir le déposer parmi les gerbes. Pour elle c’était très important. « Pépé des lapins », comme elle disait, aurait besoin de sa maison là-bas.

Auteur : Noisette

 

Un commentaire sur “Histoire de famille : le grand-père

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :