C’est en se plantant qu’on pousse

J’ai commencé ce blog il y a 3 semaines et je suis fière de mes articles et de mes dessins. Les gens peuvent dire que ce que j’ai publié est nul, bah je m’en fiche. Au moins j’essaie. Je fais.

C’est en se plantant qu’on pousse !

Je mets de l’amour et de l’énergie dans ce blog. C’est le plus important. Et puis c’est un peu de moi que je donne. Cela ne me stresse pas de montrer des choses imparfaites (surtout avec une moyenne de 4 visiteurs par jour 😉 ). D’ailleurs, c’est un peu le but de ce blog : de montrer qu’avec un niveau proche de zéro, on peut se lancer et y arriver (faudra quand même voir dans 1 an pour le bilan).

Mon fil conducteur est le suivant: Et si moi aussi je m’y mettais ? Si d’autres y arrivent, pourquoi pas moi ? Le premier truc à faire est de se convaincre que c’est possible. Le premier pas à faire est dans sa tête. Et qui sait, si tu commences à te dire oui, j’en suis capable, tu vas probablement arriver à la question suivante : Si je suis capable de faire ça, pourquoi ne serais-je pas capable de mener la vie que je veux?

Pourquoi vouloir rentrer dans le moule, faire comme tout le monde? On n’est pas tout le monde, on est soi. On m’a récemment dit quelque chose que j’aime beaucoup: « A force de vouloir rentrer dans le moule, on devient tarte » . Aller au-delà de ses propres peurs, petit à petit. Se libérer des croyances, de ces croyances qui nous limitent tant; qui nous empêchent de faire ce dont on rêve.

A force de vouloir rentrer dans le moule, on devient tarte!

Fais! Expérimente! Sois fier/fière de toi!

20171103_152347.jpg

Si tu débutes une nouvelle activité, place-toi dans un environnement protégé, bienveillant. Entoure-toi de personnes qui elles aussi entreprennent. Entoure-toi de personnes qui te félicitent de tes premiers pas et t’encouragent à aller plus loin, à t’améliorer.

Tu as sûrement remarqué: j’ai une grande soif d’apprentissage et j’adore les formations. J’ai l’impression de ne pas avoir suffisamment appris au cours de ma scolarité. Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu un seul enseignant qui m’ait transmis sa passion et me donne l’irrésistible envie d’en savoir plus.

L’année dernière j’ai été une véritable accro aux formations. Contrairement à d’habitude, je me suis autorisée à suivre des formations non pas pour être plus performante dans mon boulot mais juste par plaisir. Et j’ai kiffé! J’ai appris différentes façons de m’exprimer. J’ai appris à réfléchir différemment. Je me suis mise dans une posture de débutante.

Moi qui évolue beaucoup avec des experts, j’ai aimé me retrouver entourée de débutants comme moi. Là-bas, pas d’ego, pas de critiques gratuites mais au contraire beaucoup de bienveillance.  

Pourquoi perd-on cette bienveillance vis-à-vis des autres au fur et à mesure que l’on se perfectionne dans un domaine? Pourquoi se dit-on que la personne n’a pas d’excuse pour se tromper? Qu’elle fait mal ce qu’elle est pourtant censée savoir?  

En fin d’année dernière, j’ai donné un concert classique au sein de mon orchestre symphonique. J’avais invité des collègues de formation à venir. C’était la première fois qu’ils assistaient à un concert classique. Quand on a debriefé ensemble le lendemain, ils ont été surpris de savoir que je m’étais trompé de note ou de rythme à certains endroits. Bah oui, les fausses notes ça arrive! C’est du spectacle vivant. Il est extrêmement difficile d’exécuter parfaitement une oeuvre surtout pendant un programme de 2 heures.

Cela requiert une grande écoute, une bonne connexion avec l’ensemble de l’orchestre et d’être dans l’instant tout en anticipant les notes qui suivent.

Dès que l’on pense à autre chose, on n’est plus avec les autres, on n’est plus dans le même rythme ou on se trompe de note. Jouer de la musique est un excellent exercice pour être dans le moment présent. On se rend très vite compte dès qu’on n’y est plus : ça s’entend!

Plus on se trompe, plus on apprend, plus on s’améliore.

Et toi alors, pourquoi ne pas élargir tes horizons en te lançant dans une nouvelle activité? Pourquoi ne pas te jeter à l’eau en te produisant sur scène juste pour le plaisir? Pourquoi ne pas diffuser tes œuvres même à tes débuts?

 

 

 

Un commentaire sur “C’est en se plantant qu’on pousse

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :