Mettre l’imagination au pouvoir

 

einsteinDurant mes années d’étude et depuis mon arrivée dans le monde professionnel, je n’ai eu de cesse d’accroître mon niveau de connaissances. C’était comme une obsession. Apprendre et comprendre. Accumuler du savoir. Diversifier mes compétences pour être employable quoi qu’il arrive, quitte à changer de domaine d’activité. Cependant, au fil des ans, je me suis rendue compte à plusieurs reprises que le savoir pouvait enfermer et même être parfois handicapant.

Je n’ai pas, dans ma vie personnelle, d’exemple extrêmement frappant pour illustrer cela. En mentionnant l’enfermement/les œillères que l’on peut se mettre, je pense à l’anecdote que j’ai lue dans le très bon livre de Tim Hurson « Think better » .

Dans son livre, Tim Hurson raconte comment des chercheurs de la NASA ont réussi à développer un stylo capable d’écrire dans l’espace, c’est à dire lorsque la gravité est nulle. Les stylos traditionnels utilisent le phénomène de gravité pour que l’encre arrive jusqu’à la pointe. C’est donc la raison pour laquelle, lorsque l’on écrit sur un mur, rapidement on est obligé de remettre le stylo à la verticale puis continuer d’écrire. Les Russes, eux, ne se sont pas embêtés à développer un produit qui existe déjà pour écrire dans l’espace : ils utilisent le crayon à papier !

Est-ce que l’ego augmente proportionnellement avec le savoir ? Pourtant plus on apprend, plus on se rend compte de l’étendue de ce que l’on ne sait pas, de ce que l’on ne soupçonnait même pas qu’il pouvait exister. Peut-être que l’ego augmente lorsque le savoir est érigé en bannière, lorsque l’on n’est reconnu uniquement pour son savoir.

On a cette croyance qu’avec le savoir : on a soit raison, soit tort (ou alors on ne sait pas et on ne se prononce pas). 1 + 1 = 2 pas 3. Le monde devient donc vite binaire. Noir et blanc. Avec l’imagination par contre, ces querelles pour déterminer qui est dans le vrai, qui a tort ou raison n’existent pas. 1 + 1 peut être égal à 11 ; un balai peut-être une proue de bateau, une guitare électrique ou encore un escalier pour chat. Lorsque l’on développe son imagination/sa créativité, on devient plus à même de créer.

Alors évidemment, je ne dis pas de dénigrer le savoir. Le savoir est évidemment important. S’il fallait tous les jours réinventer la roue, on n’irait pas bien loin! Cependant, l’imagination permet de naviguer dans un monde coloré comprenant d’infinies nuances. L’imagination est infinie ! 

Depuis que je développe mon imaginaire (depuis quelques mois seulement), je suis frappée par les champs des possibles qui s’ouvrent sous mes yeux. Je ne me sens plus bloquée dans des dilemmes qui jusqu’à présent m’apparaissaient comme étant insolubles. Je suis moins stressée. Et lorsque je me retrouve confronté à un obstacle, je fais une pause et je demande à mon cerveau de réfléchir en tâche de fond à une solution. Au bout de quelque temps, une solution m’apparaît. Merci à toutes mes formations sur la créativité!!

L’important n’est pas d’accumuler des connaissances mais de savoir les mettre en musique grâce à notre imagination. D’aller chercher le savoir manquant et nécessaire pour atteindre nos rêves.

Je suis d’accord avec toi Einstein: « Imagination is more important than knowledge » !

 

 

 

Un commentaire sur “Mettre l’imagination au pouvoir

Ajouter un commentaire

  1. Conclusion les russes sont plus pragmatiques que les américains!
    Ou peut-être n’avaient ils pas assez de connaissance pour mettre au point le stylo spatial.
    Ou avaient-ils besoin d’observer l’influence de la non gravité sur le carbone de la mine de crayon.
    Ou les américains, toujours soucieux du space-business, devaient mettre au point un gadget inutile qui fonctionnerait dans l’espace pour être vendu sur terre. Du coup il fut possible d’écrire sur les murs dans n’importe quelle position, y compris la tête en bas*1. Des endroits les plus inaccessibles purent être remplis de lignes d’écriture rendues impossibles à lire pour le commun des mortels car personne n’aurait pu imaginer lire des phrases parfaitement construites dans des endroits incongrus. Du fait que personne ne pouvait imaginer de telles possibilités, les seules qui eurent l’audace d’aligner des phrases sur des surfaces dites impossibles avant l’invention inutile du stylo-spatial, ont pu sans être inquiétés déposer des mots d’amour merveilleux qui ne le seront que pour celles ou ceux qui les découvriront lorsqu’un tremblement de terre aura fait pivoter ces surfaces afin de les rendre accessibles à des lecteurs de circonstance. Un peu comme une bouteille à la mer. C’est fou ce que la recherche spatiale peut engendrer. Comment ré-inventer le principe d’un bouteille à la mer en envoyant des hommes dans l’espace.

    *1 :Position dans laquelle les russes ont testé le taux d’imagination d’un individu lorsqu’il écrivait la tête en bas sous gravité terrestre.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :